FKT: Sandrine Beranger - GR 54, Tour de l'Oisans et des Ecrins (France) - 2020-07-28

Gender category
Female
Route variation
Standard route
Multi-sport
No
Style
Self-supported
Start date
Finish date
Total time
1d 16h 40m
GPS track(s)
Photos
Videos
Report

D'après le site officiel du Grand Tour des Ecrins, le GR54 au départ de Bourg d'Oisans fait 190 kms et 12000m de D+... Un bel ultra quand on fait tout d'une traite! 2 semaines auparavant Seb avait fait le GR5 sans assistance et en solo, alors bien sûr cela avait relancé en moi cette envie de faire pareil... à échelle plus modeste puisque le GR5 fait 600kms, mais comme je n'avais pas anticipé de faire ce type 'd'épreuve', il a fallu caser au mieux dans le planning... et c'est tombé 1 semaine après le trail tour de l'Oisans.  

 

Au final un splendide tour, un vrai plaisir de parcourir cette belle montagne que j'adore et de découvrir ou redécouvrir ces magnifiques panoramas.

Je pars à 5h09 de Bourg d'Oisans, c'est assez bizarre ce sentiment de départ de course, sauf que je suis toute seule. Les sensations sont plutôt bonnes, et j'enchaîne bien jusqu'à la Grave. Petite pause glace (à la supérette, faut sortir l'argent, le masque et faire la queue!), puis je cherche mon chemin dans la Grave, avant de repartir d'un bon pied sur Villar d'Arène et le Col d'Arsine. Grosse soif avec la chaleur, bel arrêt fontaine au Casset, mais je ne retrouve pas d'eau après, et la montée de l'Eychauda est trop longue pour ma réserve d'eau... Du coup je prends de l'eau dans un ruisseau qui me semble moyen, mais ça passe. Descente sur les Chambrans très jolie, gite et boissons avant de reprendre la descente (un peu trop de route, dommage) jusqu'à Vallouise.  Chouette, on est à quasi mi-parcours, et tout va bien.

Re-glaces , et j'ai la surprise de voir Cyril Cointre alias Wildiness, venu en vélo de chez lui pour m'accompagner un petit bout et prendre des photos / vidéo. J'apprécie la compagnie, surtout que la nuit tombe. On tombe sur des patous qui viennent nous renifler puis repartent. Au Col de l'Aup Martin, Cyril s'apprête à redescendre, mais se ravise pour continuer quelques minutes avec moi, sur le bout de sentier en traversée. Bingo, troupeau et patous, dire qu'à 5 min près j'aurais dû affronter cela toute seule dans la nuit! C'est dingue de se dire que j'ai été tout le temps toute seule, et que le seul moment où je suis avec quelqu'un je cumule 2 rencontres de patous en moins de 2h! Du coup je me dis que je suis bien veinarde, merci Cyril, vraiment merci, je fais une petite coupe au jugé dans la nuit pour ne pas passer dans le troupeau et je retrouve le sentier plus bas pendant que Cyril rentre...

Le plus dur à gérer aura été le sommeil, qui me taraude toute la nuit et même au petit matin. 3 fois je m'arrête pour dormir 20 min sur le chemin, sans même enlever mon sac, espérant repartir à chaque fois d'un meilleur pied, mais rien n'y fait. Je pense avoir perdu pas mal de temps dans la nuit, puisque j'avais plus d'1h45 d'avance sur mon planning, et au petit matin je me retrouve tout juste dans les clous.

A la chapelle en Valgaudemar, 7h15, petit arrêt boulangerie, il me reste 4 cols, 50 kms, ça va le faire, forcément, c'est juste la journée, allez un premier col de Vaurze et après ça sera bon... Une petite glace (encore!) et limonade au Désert, après c'est fini je ne mange plus rien, allez le Col de Côte Belle ça va aller facile moyennant un peu de patience.... Chouette, descente plus aisée que le col de Vaurze, bon ben reste quasi rien alors, le Col de la Muzelle, ça serait bien de le passer avant l'orage... Je surveille le ciel, mon rythme est bien bas, heureusement la fin dans la moraine me plaît beaucoup. Quelques gouttes, puis au col c'est le déluge. Veste, je descends sur le lac, la pluie s'arrête, j'ai vraiment de la chance.  Dernier col, le Col du Vallon, pas long, mais quand même ça grimpe, ça y est j'y suis, je sens la fin proche, je regarde mes montagnes, je me sens bien... L'orage éclate, éclairs, tonnerres, grêlons, sacrée ambiance, un chamois me regarde, j'essaie de descendre assez vite, mais le sentier est technique. Ouf le lac Lauvitel, pour une fois  il n'y a personne! La descente sur les Gauchoirs me paraît longue... Puis ce final sur une petite route jusqu'à Bourg d'Oisans, quelle horreur! Mais incroyable Denis est venu m'accueillir, il fait les derniers kms avec moi, je lui demande d'abord ce qu'il a fait des enfants, confiés aux voisins, c'est vraiment sympa! ça fait une arrivée super chouette dans Bourg d'Oisans à la tombée de la nuit..

https://www.facebook.com/TrailsEnduranceMag/posts/10158348905286063

http://moncarnetdecourses.over-blog.com/2020/07/gr54-tour-de-l-oisans-et-des-ecrins-en-solo-et-en-autonomie.html